Le gouvernement des Parisiens

Paris, ses habitants, l’État, une histoire partagée

Samedi 22 avril, ouverture de l’exposition gratuite à l’Hôtel de ville de Paris

L’expostion

Le gouvernement de Paris se joue à trois niveaux : l’Hôtel de Ville et l’État se superposent progressivement à un dense réseau de seigneuries et d’associations professionnelles ou religieuses tenues par des notables qui organisent la vie des Parisiens au niveau le plus local. Ces trois strates se mêlent en permanence dans l’administration de la ville, coopèrent souvent, se heurtent parfois. Durant l’Ancien Régime, l’État s’appuie sur les élites pour administrer Paris, leur offrant en retour honneur, richesse et carrières. Si le peuple se révolte à l’occasion, l’alliance entre les Parisiens et la monarchie reste stable. La situation change au XIXe siècle, siècle des révolutions durant lequel les Parisiens usent de leur capacité à interférer dans la politique générale du pays pour faire et défaire les régimes. C’est ce qui explique que les régimes républicains conservent le statut d’exception conféré à la ville par Louis XIV. La normalisation de la gestion de Paris intervient très tard, en 1977.

Après un rappel de la genèse du pouvoir municipal et des lieux investis par la communauté des Parisiens pour gérer la vie collective sur la longue durée, du XIIe au XXe siècle, l’exposition montre comment la municipalité et l’État collaborent ou se concurrencent pour la gestion de l’ordre public, des ordures ou l’approvisionnement en eau potable. Mais le gouvernement de Paris ne relève pas que de la municipalité ou de l’État ; il est aussi pris en charge par les Parisiens eux-mêmes pour l’organisation du travail ou l’assistance, le plus souvent indépendamment de ces tutelles. Par ailleurs, la présence de l’État dans la ville n’est pas sans effets : elle marque l’identité des Parisiens comme le paysage urbain. Mais la ville, écrin du pouvoir et vitrine du bon gouvernement, impose aussi ses contraintes à l’État, qui peine à en modifier la forme et reste à la portée des revendications des Parisiens mécontents.

Informations pratiques

Cette exposition couvre la période XIIe siècle-1977.

Elle durera jusqu’au 22 juillet.

Le commissariat scientifique en a été assuré par Boris Bove, Quentin Deluermoz et Nicolas Lyon-Caen.

20 avril 2017
  • Facebook
  • Facebook

Vos commentaires


Aucune réaction pour le moment.