La surveillance révolutionnaire dans l’Ouest en guerre

Sous la direction de Danièle Pingué, Jean-Paul Rothiot, Dominique Godineau et Anne Jollet

Vient de paraître

Présentation de l’ouvrage

Cette publication se place dans le cadre de l’enquête collective sur les comités de surveillance menée par la Société des études robespierristes. Elle reprend les actes des deux journées d’études tenues à Poitiers et à Rennes, centrés sur la spécificité de la surveillance dans l’Ouest confronté à la proximité de la guerre intérieure. Cet ouvrage s’efforce, à partir d’études concrètes, de répondre à plusieurs questions méthodologiques ou fondamentales. Quelles sources permettent de les connaître lorsque les sources directes, registres de délibérations, ont été détruites ? Quelle a été la place des comités dans la lutte contre les rebelles vendéens et chouans ? Si l’implantation géographique des comités s’explique en grande partie par l’éloignement des lieux de combat, leur implication dans la dénonciation des contre-révolutionnaires est essentielle.

Quelles relations entretiennent les comités de surveillance, organes révolutionnaires, et les autorités politiques et administratives ? Sont-ils en compétition avec elles ou entretiennent-ils des relations de confiance et de coopération ?

Enfin l’ouvrage s’efforce d’analyser les comités de surveillance des villages, de montrer leur originalité, avec leur composition sociale et leur rôle d’accompagnement de la politique de la Convention.

Cette approche des comités de surveillance par la territorialité apporte une pierre supplémentaire à la connaissance « par le bas » de la France et des territoires occupés en Révolution.

Vous procurer l’ouvrage

L’ouvrage est disponible directement auprès de la SER.

Règlement par chèque, endossable en France, à :
Société des études robespierristes
167 rue de l’église
88500 FRENELLE-LA-GRANDE

En précisant vos nom, prénom et adresse postale.

29 novembre 2017
  • Facebook
  • Facebook

Vos commentaires


Aucune réaction pour le moment.